Test Bosch détecteur thermique PTD 1

0

Un détecteur thermique, en voila une drôle d’idée..moi particulier avec un détecteur thermique ?
Nous voulons tous consommer le moins possible, moins d’électricité, de fioul, de gaz..consommer moins pour payer moins. Vous allez me dire à juste titre c’est une très bonne chose et vous avez raison, alors beaucoup d’habitations sont rénovées.
On isole avec de la laine de roche, on met du double voir triple vitrage, on recherche les déperditions de chaleurs nous allons être assisté dans cette tache par Bosch avec l’aide de détecteur thermique PTD 1, un petit prix pour des économies et une meilleur sensation de chaleur.

Utilisation de detecteur thermique Bosch

Pour vous mettre de suite dans l’ambiance, le plus compliqué pour l’utiliser c’est d’appuyer sur le bouton 😉

Bon il vous faudra tout de même régler les modes.

Pour une utilisation optimal vous avez 3 modes :

  • Température, l’outil mesure la température de surface des murs et des objets, par exemple des corps de chauffe, avec une précision de mesure de ±1° C. Cela permet par exemple de déterminer si les corps de chauffe ou la climatisation fonctionnent correctement.
  • Pont thermique, le PTD 1 mesure la température de surface et la température ambiante et détermine s’il y a des ponts thermiques aux points mesurés. Si un pont thermique est décelé, l’appareil le signale par sa LED rouge.
  • Moisissure, le détecteur thermique mesure la température de surface et la température ambiante ainsi que l’humidité de l’air avec une précision de ±2 %. Grâce à ces valeurs, il détecte s’il y a des conditions favorables au développement de moisissures. En cas de risques, l’appareil le signale par sa LED rouge.

Il y a deux boutons à appuyer afin de régler l’appareil : le mode comme indiqué en haut et l’Emissivité.
Pour les curieux voici la définition (pour les autres passer dessin ci dessous) : L’émissivité d’un objet dépend du matériau et de sa structure de surface. Elle indique si un objet (comparé à d’autres objets dont la température est la même) émet beaucoup ou peu de rayonnement infrarouge. Elle correspond au rapport d’énergie qu’un corps rayonne par rapport à celle qu’un corps noir rayonnerait à la même température.
Cette émissivité est matérialisé par 3 modes possibles selon le matériaux sur lequel vous voulez effectuer l’analyse :

Dans la plus part des cas vous allez le positionner vers émissivité élevée, dans mon cas pour le test j’ai opté pour une émissivité moyenne.
En testant entre l’émissivité élevée et moyenne les résultats sur du placo peint sont comparables.

Recherches de déperditions – mode pont thermique :

Les test ont été réalisés dans des conditions réelles avec une températures extérieur de -2 degrés et une température intérieur de 19.5 degrés.

Sur l’appareil il s’agit du mode du milieu comme vous pouvez le voir sur la photo ci dessous

L’objectif principales est la recherche de déperdition de chaleur, pour savoir pourquoi le froid rentre, il faut savoir où. Même si nous avons bien souvent notre petite idée sur les endroits, les matérialiser par des chiffres c’est encore mieux.
La première cible c’est par exemple les prises de courant qui lorsque nous passons notre main peuvent faire ressortir du froid :
Ici température du mur qui n’a pas de mitoyenneté, isolé et à différent moment de la journée :

Juste en dessous se trouve une prise qui est un peu décollé du mur

La LED au dessus à trois couleurs possible : vert ok / orange attention / rouge humm pas bon

Voici les autres tests réalisés :

Analyse d’une fenêtre en double vitrage :

d’un radiateur pour observer son fonctionnement :

d’une boite à lettre incorporé dans une porte:

du vitrage dune porte d’entrée qui contraste avec le résultat d’un double vitrage :

d’une bouche de VMC :

Mais aussi des murs afin d’analyser l’isolation :

Moisissures or not moisissures ?

L’analyse des ponts thermiques et une excellente chose mais il ne faut pas non plus oublier le fait de pouvoir prévenir de moisissures qui peuvent être catastrophique pour votre habitation, c’est l’analyse notamment de l’humidité qui doit être compris en 40% et 60% pour une température entre 18° et 22°, réalisé dans le salon et dans la cuisine.

Même sans réaliser une étude technique des données nous pouvons de suite voir à l’aide du code couleur des LED l’état des risques.

Présentation du détecteur thermique bosch

Pour une fois l’emballage n’est pas des plus simple à ouvrir avec son plastique dur ou vous devez avoir sous la main un cutter sous risque d’accident ou une paire de ciseaux assez grosses, nous aurions préféré avoir une boite en carton.

Une fois ouvert :
 La petite pochette pour ranger le pistolet thermique, notons également que les piles sont fournis ce qui est toujours assez pratique, une notice pour vous indiquer comment vous en servir, soit une notice d’utilisation 🙂

Avis sur le detecteur thermique bosch

Avec sa forme de pistolet on fait très vite « mumuse » avec pour le dégainer à la mode western spaghetti pour mesurer tout et rien, mais ce n’est pas qu’un jouet c’est un vrai outil pour vous aider à déterminer les risques de votre habitation en terme de moisissures, vérifier que votre température intérieur est bonne pour notamment voir si votre thermostat connecté fait le job, mais surtout pour réaliser des économies en analysant les fuites d’air.
Mais il ne faut pas oublier aussi l’analyse des éventuelles risques de moisissures qui peut permettre d’anticiper des graves problèmes qui pourrait se poser.
Il faut noter le code couleur des LED qui permet d’un simple coup d’oeil d’observer si oui ou non il y a un problème dans votre habitation, ce qui nous amène toujours plus vers la facilité d’utilisation, un réel plus.

 

 

A voir aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.